Toggle navigation
Toggle search

Icône de la Transfiguration du Christ : bénédiction (4/3/18)

L'icône et l'iconographie

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Icône de la Transfiguration bénie dimanche 4 mars 2018

"Le travail de l’iconographe est par excellence un travail de silence, de prière et de solitude. Son unique but est de transmettre à travers l’icône sa ferveur religieuse, qui est source de vie spirituelle, et de vivre et d’exprimer sa foi à travers elle. Mais de tout temps les iconographes se sont regroupés en "ateliers", tout comme les Compagnons du Moyen-âge, non seulement pour recevoir un enseignement ou pouvoir mieux "pratiquer" l’abnégation de soi, par humilité et véritable anonymat, mais surtout pour que le peintre d’icônes "isolé" ne puisse commettre des erreurs dogmatiques dans l’iconographie. Toutes les icônes anciennes sont dites "canoniques" et il faut bien connaitre ces dogmes et canons avant d’aborder toute inspiration personnelle. Le regroupement permet une certaine vérification et obéissance à la Tradition, c’est-à-dire à ceux qui nous ont précédés dans la Vérité. On ne peut et on ne doit faire "cavalier seul" : c’est pourquoi, également, l’iconographe reçoit son "ministère" de l’ église.

Icône de la Transfiguration du Christ

C’est au sein de la communauté ecclésiale que l’iconographe joue pleinement sa "fonction". Il est au service de l’embellissement de la Maison de Dieu... Il dépend de cette Maison, tout comme un atelier doit être " œuvre " de l’église et dépendre de l’église. Comme nous l’avons dit plus haut, l’iconographe n’est ni artiste, ni artisan indépendant... Il est "au service".

Icône de la Transfiguration du Christ : bénédiction

Extrait d'un article rédigé par Ludmilla Garrigou publié dans Le Messager orthodoxe, numéro spécial, Vie de l’icône en Occident, No 92, 1983, qui explique brièvement ce qu'est le travail de l'iconographe. 
Ludmilla Garrigou et le Père Nicolas ont fondé l’atelier d’iconographie St Jean Damascène en 1965, installé dans le Vercors en Drôme depuis 1975.
L'atelier est aujourd'hui animé par le Père Jean Baptiste Garrigou (fils de Ludmilla et du Père Nicolas).
Pour le plaisir des yeux, les personnes intéressées peuvent se rendre sur le site de l'atelier à l'adresse suivante : http://www.atelierdamascene.fr/ 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+